Heiligenkreuz – le cœur mystique de la forêt viennoise

1. C’est le Margrave Léopold III, membre de la maison des Babenberger, qui fonda l’abbaye cistercienne « Notre Dame de la Sainte Croix » au bord du Sattelbach en 1133 grâce à son fils Otto, devenu moine à l’Abbaye de Morimond en France, qui sollicita cette fondation  auprès de son père. Léopold III mourut en 1136, fut enseveli à Klosterneuburg et canonisé en 1485. Otto, devenu évêque de Freising, est considéré comme l’historien le plus important du Moyen Âge. Il est vénéré comme Bienheureux. Ses reliques se trouvent à l’Abbaye de Heiligenkreuz.

2.. L’Ordre cistercien est issu d’un mouvement de réforme plein de vitalité du monachisme bénédictin. Son nom provient du premier monastère « Cistercium », en français « Cîteaux », fondé en 1098, non loin de Dijon.

3. La salle du chapitre est un des lieux de sépulture les plus importants d’Autriche. Pas moins de quatre personnages de la dynastie des Babenberger y sont ensevelis : le margrave Léopold IV, les ducs Léopold V, Frédéric I et Frédéric II « le Belliqueux », ce dernier dans un sarcophage pour l’honorer comme grand bienfaiteur du monastère. A sa  mort en 1246, la famille des Babenberg s’éteint.

4. Léopold V a fait don de la grande relique de la Sainte Croix, la plus grande au nord des Alpes, à Heiligenkreuz où elle est vénérée jusqu’à ce jour.

5. Saint Benoît  (mort en 547) et Saint Bernard (mort en 1153) sont les « pères spirituels » de l’Ordre Cistercien: Saint Benoît est représenté vêtu de la coule noire avec le gobelet brisé et le livre, Saint Bernard en coule blanche embrassant la Croix.

6. Heiligenkreuz est le plus ancien monastère cistercien du monde qui subsiste sans interruption depuis sa fondation. Depuis l’année 1133, les moines s’y rassemblent sept fois par jour pour la louange de Dieu. Ils commencent la journée par l’Office liturgique à 5h 15  et la terminent par les Complies à 20h 15.  La nuit, on y garde le grand silence sacré.

7. La famille des Babenberg ayant richement doté l’Abbaye de  Heiligenkreuz, celle-ci put fonder plusieurs abbayes-filles:  Zwettl (Niederösterreich) 1138, Baumgartenberg (Oberösterreich) 1142, Czikador (Hongrie) 1142, Marienberg (Burgenland) 1197, Lilienfeld (Niederösterreich) 1202, Goldenkron (Bohême) 1263 et  Neuberg an der Mürz (Styrie) 1327. La communauté de Heiligenkreuz étant la communauté la plus nombreuse en Autriche,  elle a même pu fonder  un nouveau monastère : Stiepel près de Bochum en Allemagne.

8. L’église avec sa nef romane et son chœur gothique des 12e/13e siècles exprime bien dans sa noble sobriété l’idéal de l’architecture cistercienne:  par ses seules pierres,  sans fresques ni autre décoration, elle est une louange de Dieu.

9.  Les trois vitraux de la façade-ouest symbolisent le Dieu-Trinité. On est saisi lorsque, pendant le temps pascal, le soleil couchant  illumine à travers les trois vitraux les moines priant les Vêpres.

10. Aujourd’hui encore les moines vivent de l’exploitation agricole et sylvicole. Heiligenkreuz est « le  monastère de la forêt viennoise », le nom « forêt viennoise » (en latin: silva viennensis) étant mentionné pour la première fois  dans un document du monastère datant de 1332.

11. L’église fut consacré en 1187, le monastère en 1240. Puis en 1295 l’église fut agrandie par un impressionnant chœur gothique très haut, dont la plupart des vitraux datent du Moyen Age. Notre monastère est l’une des plus grandes constructions monastiques  médiévales du monde.

12. Le temps du baroque vit la construction de la sacristie ainsi que de la bibliothèque, toutes deux d’une grande valeur artistique. En 1683 le monastère fut détruit pendant l’invasion des Turcs. La bibliothèque devint la proie des flammes. Au cours de la reconstruction, le noyau moyenâgeux fut élargi par plusieurs cours baroques.

13. Giovanni Giuliani , originaire de Venise, était l’artiste le plus important de l’époque baroque.  C’est lui qui a créé presque toutes les sculptures se trouvant dans le monastère, les stalles et la colonne de la Sainte Trinité. Après la mort de sa femme, Giuliani entra au monastère en tant que familier. D’autres peintres célèbres comme Michael Rottmayr, Martino Altomonte et Georg Andreas Washuber ont également travaillé pour le monastère. Giuliani et Altomonte sont ensevelis dans l’église.

14. Sous l’empereur Joseph II, fils de l’impératrice Maria Theresia, dans les années 1780-1790, Heiligenkreuz fut menacé de suppression. La philosophie du siècle des lumières eut une  influence néfaste sur l’esprit monastique ; l’État intervenait dans les affaires de la foi et de la discipline ecclésiastique. Les moines réagirent en 1802 par la fondation d’un « Institut de Théologie » en vue de la formation de la jeunesse monastique. Aujourd’hui nommée la «Philosophisch-Theologische Hochschule», elle es tune faculté florissante  avec plus d’une centaine d’étudiants clercs ou religieux..

15. Sous Joseph II, les moines furent forcés d’assumer des charges pastorales hors de l’Abbaye. La communauté dut accepter la responsabilité d’un bon nombre de paroisses. A présent, les cisterciens de Heiligenkreuz ont à leur charge 19 paroisses situées entre le Neusiedlersee et la forêt viennoise.

16. Vers la fin du 19ème siècle, l’église abbatiale fut libérée de toutes les aménagements baroques qui furent remplacés par des autels néogothiques et par le maître-autel avec son baldaquin.

17. Dans les années 1938-1945, l’existence du monastère se trouvait en péril. Sous le régime national-socialiste, l’Abbaye fut expropriée en grande partie et plusieurs confrères furent emprisonnés. Après la Seconde Guerre mondiale, le Père Abbé Karl Braunsdorfer (mort en 1968),  s’employa à affermir l’esprit cistercien des origines. Sous son impulsion, la liturgie fut réformée dans l’esprit du Concile Vatican II. Il fit créer un bréviaire latin propre à Heiligenkreuz. Aujourd’hui encore, la culture du chant grégorien tient à cœur aux moines de Heiligenkreuz.

18. Actuellement, Heiligenkreuz  est la plus grande communauté cistercienne d’Europe. Elle célèbre la liturgie avec respect et profonde dévotion. Beaucoup de jeunes y trouvent leur vocation et entrent au monastère. Les moines sont très ouverts aux visiteurs. Ils s’appliquent à accueillir avec amitié les nombreuses personnes qui cherchent le silence et la rencontre avec Dieu.

P. Dr. Karl Wallner OCist, 2007

 
News